Cours : L’influence du regard colonial sur nos musées imaginaires

Matière.s
#Histoire de l'art
Intervenant.e
Sara Mychkine
Live le
Lundi 27 juin 2022
Heure
19h30
Durée
1h
regarder le cours

Synopsis

Si de nombreuses personnes dans le monde peuvent se représenter sans difficulté, la peinture de la Joconde de Leonard de Vinci ou la statue de la Vénus de Milo, il est bien plus difficile pour la plupart des européen.ne.s, de se représenter la miniature des amants de Reza Abbassi ou la statue du roi Behanzin, bien qu'oeuvres majeures dans l’histoire de l’art. L'idée d'un musée imaginaire collectif universel et intemporel, suggérée par André Malraux en 1947, semble d'un coup mise à mal par quelques exemples triviaux. En cause ? Le système de domination coloniale.

Pour perdurer durant plusieurs siècles, conserver sa légitimité et justifier ses modes d’exploitation, le système de domination coloniale européen, s’était donné pour mission de « civiliser le monde » : « (La France) doit répandre son influence sur le monde, et porter partout où elle le peut sa langue, ses mœurs, son drapeau, ses armes, son génie. » prononçait Jules Ferry lors de son discours à la chambre des députés en juillet 1885. Répandre sa domination territoriale et économique, mais aussi culturelle, à travers l’imposition de sa langue, de ses moeurs et de son art. Nous pourrions dire alors que notre représentation du monde à travers les oeuvres d’art que nous connaissons, est une représentation partielle, non universelle, « colonisée ».

Comment l’idéologie coloniale a-t-elle construit notre musée imaginaire ? Quelle influence a-t-elle eue sur notre rapport à l’art, et donc notre vision du monde, encore aujourd’hui ? Enfin, comment ouvrir plus grand les yeux pour voir le reste du monde, tel qu’il est, et non tel que l’Europe est ? Ce sont les questions que, Sara Mychkine, nous propose de nous poser lors de sa conférence lundi 27 juin à 19h30.

Extraits

Qui est Sara Mychkine

Sara Mychkine est une poète.sse franco-tunisienne. Membre du comité de la lecture de la revue Débridé, elle est également rédactrice de La Poétique de l'œuvre, chroniques d'une histoire de l'art féministe, philosophique et décoloniale, publiées sous le format de newsletter et dans les colonnes du média Hiya.

Photo Martine Lacas
Ouvrages Martine Lacas
Photo de la chronique de la poétique de l'oeuvre
Photo de la revue Débridé

L'achat de ce cours vous donne accès à

Au live et à
son replay enrichi
environ une semaine après le live.
La possibilité d'interagir avec l'intervenant.e si vous assistez au live.
Des notes de cours en pdf avec les points clés à retenir.
Des conseils bibliographiques variés pour aller plus loin si vous le souhaitez !
regarder le cours
Voir le programme entier : La république, c'est qui ? >
Oeuvre : Olympia, Edouard Manet,  1863, Musée d'Orsay, Paris,  France
Entre nous...
Quel est votre principal frein à vous abonner ou à acheter un cours ?

Module : L'Homme et la nature dans l'art, entre adoration et domination...

Merci pour votre franchise...
Oups ! Il semblerait qu'il y ait eu un souci. Pourriez-vous réessayer s'il vous plait ?
Entre nous...
Quel est votre principal frein à vous abonner ou à acheter un cours ?

Module : L'Homme et la nature dans l'art, entre adoration et domination...